Le PONT BREJNEV toujours pas nettoyé, POURQUOI ? – 17 octobre 2018

Triste constat de la BRAGUE toujours pas nettoyée mi-octobre en pleine saison des épisodes cévenoles.
L’événement dramatique du 03 octobre 2015 ne sert visuellement pas d’exemple à nos édiles !

 

Les Templiers chassés de BIOT ! – Nice Matin 09 octobre 2018

Mme Debras a souhaité arrêter la manifestation BIOT et les Templiers en 2015.
La résistance s’organise. Les Blancs Chevaliers de la Commanderie Templière continuent à exporter et valoriser notre histoire.

 

Un management qui interroge – Nice Matin du 09 octobre 2018

Pourquoi un employé municipal en est-il arrivé à mener une grève de la faim et à dormir dans la rue pendant près d’une semaine ?
Au delà du conflit individuel, la situation révèle un véritable problème de gestion municipale autour du régime indemnitaire des agents et d’un management inapproprié.

 

La déchetterie d’Antibes transférée à BIOT – Nice Matin 06 octobre 2018

La déchetterie Univalom d’ANTIBES va fermer. Elle sera déplacée sur la zone artisanale du chemin des Près à BIOT.
Augmentation du trafic, nuisances sonores et olfactives au coeur d’un quartier résidentiel et économique. La décision a une fois de plus été prise sans concertation. Merci Mme Debras, Vice Présidente de la CASA et d’UNIVALOM, Maire de la commune, de mettre une fois de plus les Biotois devant le fait accompli !

Source photo : google maps

 

Encore une démission d’élu – Nice Matin 06 octobre 2018

L’hémorragie continue au sein de la majorité : l’adjointe au Tourisme et Métiers d’Arts, Claire Baës, jette l’éponge.
Une décision que Mme Debras accueille avec désinvolture : 8 démissions ou rendus de délégation en un peu plus de 4 ans ça n’a rien de surprenant … pour elle.

Les Biotois veulent des ACTES – Nice Matin 01 et 03 octobre 2018

3 ans après les inondations meurtrières, les sinistrés se sentent abandonnés. Beaucoup de paroles de Mme Debras mais aucune sécurisation pour les riverains de la plaine de la BRAGUE.

Et si l’histoire bégayait ?
Si la catastrophe était prévisible ce 03 octobre 2015, elle le serait tout autant 3 ans plus tard…

   

Chers amis,
Ce samedi était un jour de scrutin interne pour notre famille politique.
Vous avez pris de votre temps pour voter pour les membres du comité de la 7e circonscription. Deux mots : bravo et merci.
Je vous communique les résultats de ce vote et vous constaterez que les Biotois figurent tout en haut du classement.

Vous noterez les scores de Sylvie Santagata, Guillaume Le Coz et de moi-même : nous sommes dans le top 5 du collège des adhérents. Un grand coup de chapeau à Melissa Farinelli  qui  figure sur la plus haute marche du collège des nouveaux adhérents.

Encore une fois, merci à vous tous pour la confiance que vous nous avez témoignée : nous sommes fiers de vous représenter et avons conscience des enjeux des Républicains face aux défis à venir.
Sylvie, Melissa, Guillaume et moi-même, nous engageons à porter vos idées et vos valeurs, nous aurons besoin de nous battre ensemble pour les prochains scrutins.

 

Amitiés
Jean Pierre Dermit
Conseiller communautaire la CASA
Conseiller municipal de la ville de Biot
Maire de Biot de 2008 à 2014

Annonce de candidature Jean-Pierre Dermit – Septembre 2018

Merci à tous d’avoir répondu présent à mon annonce de candidature.
Vous étiez nombreux et j’ai été très touché par vos encouragements, ma responsabilité est d’autant plus grande pour construire maintenant avec vous un projet d’avenir pour Biot. Jean-Pierre Dermit

Vu dans la presse (source Nice Matin) : 24/09/2018

Si l’image ne s’affiche pas correctement, n’hésitez pas à suivre ce lien :
18.09.24_BIOT_JP DERMIT_ANNONCE CANDIDATURE 22.09.18

 

Invitation à l’annonce de la déclaration de candidature de Jean-Pierre Dermit le 22 septembre 2018

Jean-Pierre Dermit annoncera sa candidature aux prochaines élections municipales le 22 septembre 2018 à Biot.

 

Jean-Pierre Dermit et l’équipe municipale d’opposition invitent leurs soutiens le samedi 22 septembre 2018 à 11h au Jardin du Mas à Biot.

 

Pour Jean-Pierre Dermit, conseiller municipal leader de l’opposition à Biot « cette intervention sera l’occasion de faire le point sur les thématiques qui intéressent les Biotois : un cœur de ville qui se meurt, de vastes programmes immobiliers inadaptés, une sécurité publique a minima, un accompagnement post-inondation insuffisant, une gestion qui dégrade les finances de la commune… La liste des sujets qui fâchent à Biot est malheureusement très longue ».

 

« Le moment est venu d’être force de proposition pour l’avenir de Biot. Nous voulons construire un nouveau projet pour répondre aux attentes de tous nos concitoyens et faire grandir notre ville de façon harmonieuse et équilibrée. »

Rendez-vous :
Le 22 septembre 2018 à 11h
Au restaurant « Le Jardin du Mas »
15 rue des Tines – Biot
Accès : 5 mn à pied du parking de la Fontanette

Confirmer votre présence ici


A propos de Jean-Pierre Dermit

Né en contrebas des remparts de Biot, Jean-Pierre Dermit passe son enfance au village. Après des études d’ingénieur, il fait toute sa carrière à Sophia Antipolis au sein d’un groupe mondial spécialisé dans la conformité et la certification.

Suite à un désaccord profond avec la municipalité 2001-2008, il se lance en politique et il est élu maire de Biot et vice-président de la Communauté d’Agglomération Sophia Antipolis de 2008 à 2014.

C’est sous son mandat que de nombreuses réalisations voient le jour : le complexe sportif Pierre Operto et la médiathèque sont créés, le Pont Vieux est rénové, la vidéo protection est mise en place, les équipements publics de St Philippe sont développés, la protection contre les crues est renforcée, l’église Sainte Marie-Madeleine est restaurée…

Depuis 2014, il est conseiller municipal d’opposition et conseiller communautaire CASA.

BIOT EN DANGER ! Biot Infos Automne 2018

L’aménagement cohérent du territoire est notre priorité. La vision de l’équipe Debras nous déconcerte : 
Aux Soulières, à Saint Eloi, chemin Durbec, les riverains sont excédés par les projets immobiliers de Madame Debras. Pour parvenir à construire 30 % de logements sociaux, la modification 4 du PLU lui permet dorénavant de densifier la construction d’immeubles collectifs dans ces quartiers. 
La sécurité est essentielle. La notion de sécurité de l’équipe de Madame Debras nous inquiète :

– Les Bâchettes : La protection qu’elle a prévue contre le risque inondation dans ce projet est de type trentennale. Le préfet lui demande à juste titre de décaler les travaux et de fournir de nouvelles études pour parvenir à une protection centennale. Elle passe outre et continue les travaux. La catastrophe de 2015 est-elle déjà oubliée ? Les victimes, elles, ne peuvent pas oublier.
– Les Biotois s’alarment de la politique sécuritaire de la municipalité : les effectifs de la police diminuent, la surveillance de nuit est réduite au minimum, le nombre de cambriolages augmente de façon très inquiétante.
La bonne gestion  des finances publiques est notre urgence. La stratégie financière de l’équipe Debras est plutôt surprenante : 

– La masse salariale est en hausse.
– La dette augmente alors que deux emprunts sont prévus : un de 7,4 millions en 2018, l’autre de 4,3 millions en 2019. Fin 2019, l’encourt de la dette atteindra un montant record autour de 2 000 euros par habitant.
L’équipe municipale d’opposition reste vigilante et mobilisée pour défendre vos intérêts.

 Jean-Pierre Dermit et l’équipe “Restons forts pour Biot”

Quand rien ne va plus ! Biot Infos Eté 2018

La TRIBUNE LIBRE DU MOIS DE JUIN n’a été publiée dans le magazine municipale Biot Infos car à notre grand regret, nous avons reçu un message ci joint du cabinet du maire en date du 28 juin 2018, soit 3 semaines après avoir remis notre tribune libre du Biot Infos Eté 2018, bafouant la liberté d’expression :

“Monsieur, 
 Je tenais à vous informer que nous ne pourrons pas publier la tribune libre de l’opposition pour le prochain numéro du Biot Infos dont la distribution se fera dans le courant du mois de juillet. En effet, celle-ci ne nous est pas parvenue dans les temps impartis. 
Comme cela est mentionné dans le règlement intérieur, « les textes de la tribune libre, transmis par voie dématérialisée, au format word, doivent parvenir au directeur de la publication et au service de la communication selon le planning de bouclage des différents supports de communication». Pour information, la tribune était à remettre au plus tard le vendredi 08 Juin 2018 à 12h. Votre tribune ne nous est parvenue que le lundi 11 Juin 2018.
Je vous remercie de votre compréhension. 
Cordialement, 
Le cabinet du maire”

Désinvolture et insolence de la municipalité auprès des habitants et entreprises du vallon des Combes !

Les conseillers municipaux d’opposition de Biot boycottent le premier coup de pioche de l’extension du parking des Bâchettes.

Le projet des Bâchettes se devait d’être exemplaire en matière de protection et de prévention des risques après les inondations du 3 octobre 2015. Il n’en est rien.

Madame Debras et son équipe ont choisi d’officialiser le lancement de travaux alors que le préfet des Alpes-Maritimes, saisi par les associations et l’opposition, impose de refaire un nouveau projet de protection hydraulique.

Le représentant de l’état exige en effet le redimensionnement du bassin de rétention conforme à une crue centennale et non trentennale comme prévu dans le projet.

Nous ne cautionnons pas cet amateurisme et cette désinvolture, dans un secteur endeuillé. Rappelons que trois victimes ont péri dans le vallon des Combes, en contrebas du village et que pour cela, madame Debras est mise en examen pour homicide involontaire par violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité et de prudence.

Comment peut-on prétendre protéger les habitants et les entreprises du vallon des Combes classée en zone d’aléas forts inondations avec un bassin de rétention largement sous dimensionné ?

Pour l’heure, il n’y a toujours pas de nouveau projet, toujours pas de nouvelle étude.

C’est à se demander ce qui a été retenu des leçons du passé…

Nous souhaitons pour notre part que Madame Debras prennent en compte la totalité des bassins versants et la crue de référence du 3 octobre 2015 dans les prochaines notes de calcul de sécurisation hydraulique.

Nous avons besoin de parkings, les commerçants les attendent, les Biotois en demandent. Mais pas au mépris de la sécurité.

Jean Pierre Dermit, Sylvie Santagata, Nicole Pradelli, Guillaume Fortune, Melissa Farinelli, Martine Aufeuvre, Philippe Prevost

Incompétence ou mépris des sinistrés ! – Nice Matin 19/04/2018.

Incompétence ou mépris des sinistrés ! – Nice Matin 19/04/2018.

Malgré mes multiples alertes, Guilaine Debras est encore rattrapée par la patrouille des services de l’Etat.
Elle engage des travaux pour l’extension du parking des Bachettes en minimisant le risque inondation.
Comment peut-on prévoir une protection hydraulique de crue trentennale et non en rapport avec la crue de référence, dans un vallon qui, en octobre 2015, a été endeuillé par trois fois ?
Les familles des victimes, les particuliers, les entreprises, n’oublient pas !

Incompétence ou mépris des sinistrés ! - Nice Matin 19/04/2018.

Biot : quand l’expérience ne sert à rien! – Nice Matin 12/03/2018

Quand l’expérience ne sert à rien! – Nice Matin 12/03/2018

Après de fortes précipitations les eaux de La Brague sont montées brutalement en fin de matinée ce dimanche 11 mars.
L’inquiétude des sinistrés de 2015 était réelle mais l’histoire bégaye, cette fois encore aucun dispositif de surveillance du fleuve n’avait été prévu dans la matinée par la municipalité. D’ailleurs Mme Debras a déclenché l’alerte en début d’après midi lorsque la décrue était amorcée. Un comble !

Biot Quand l'expérience ne sert à rien ! - Nice Matin 12/03/2018.

La vérité sur l’augmentation de votre facture d’eau ! 

La vérité sur l’augmentation de votre facture d’eau !

Le prix du mètre cube d’eau a augmenté. Et pas un peu, 9 centimes d’euro, rien de moins. Cette décision a été votée par la majorité municipale le 2 mars 2017 avec une prise d’effet au 1 juillet 2017.  Ce n’est jamais une bonne nouvelle d’autant que la redevance d’assainissement avait elle aussi gonflé en 2014 de 20 centimes d’euros par m3 consommé. A l’heure où les communes renégocient les contrats pour revoir les prix à la baisse, Biot se distingue, une fois de plus, par une gestion pour le moins discutable. Madame Debras a utilisé plusieurs subterfuges pour essayer de faire passer la pilule.

Voici la genèse de l’histoire.
Sa première idée nous a été présentée en conseil municipal du 8 décembre 2016. Ce jour là, nous est annoncé un projet de 422 000 euros sur 5 ans baptisé «Economisons l’eau» , par le biais d’une convention avec l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse. En clair, il faut dépasser les objectifs fixés à Véolia dans la recherche de fuites dans le cadre de la délégation de service public d’eau potable. Mais la démonstration comptable, bien peu convaincante, a contraint Madame Debras à retirer la délibération et revoir sa copie.

Et du coup, elle a eu une deuxième idée  :  comme elle avait décidé de faire financer ce programme (par les contribuables) coûte que coûte, elle a fait voter l’augmentation du m3 d’eau lors du conseil municipal du 2 mars 2017 en prétextant un plan de travaux sur le réseau d’eau potable de 150 000 euros HT par an.
On ne parle plus alors du programme « Economisons l’eau ».

Quelle ne fut pas notre surprise de le voir réapparaître à la fin de l’année dernière (la troisième et dernière idée de Madame Debras …). Ainsi, le 7 décembre 2017, voici donc le retour du fameux programme «Economisons l’eau» sur la table des conseillers municipaux, avec quel ne fut pas notre étonnement, un programme de renouvellement du réseau d’eau, amputé de 180.000 euros d’investissements.  Oublié, le quartier St-Julien, oubliée aussi l’opération télésurveillance des fuites, fini le renouvellement de certains branchements….

Vous aurez compris la conclusion : le programme “Economisons l’eau” aura été financé par l’augmentation du prix de l’eau avec un tour de passe passe sur les investissements. Tant pis pour nous. 

Sans doute eut-il été plus judicieux d’attendre le transfert de cette compétence à la Casa. Il aura lieu dans deux ans, le 1er janvier 2020.

 

Sophie Deschaintres passe le relais à Mélissa Farinelli au Conseil Municipal – Nice-Matin du 9/3/2018

Mélissa Farinelli remplacera Sophie Deschaintres au prochain Conseil Municipal

Après dix ans de collaboration avec l’équipe de Jean Pierre Dermit, Sophie Deschaintres fait le choix de se concentrer sur les dossiers du Département. Nous la remercions pour le travail prodigué au cours de ces dernières années et lui souhaitons bonne chance pour sa mission au Conseil Départemental.

La vie municipale continue et nous accueillerons avec plaisir l’arrivée de Mélissa Farinelli au prochain Conseil Municipal. Mélissa est une enfant de Biot, docteur en neurobiologie, fille de Raphaël Farinelli, maître verrier connu et reconnu. C’est un engagement d’amour pour sa Ville pour défendre au mieux l’intérêt des biotoises et des biotois sur les dossiers cruciaux de la vie municipale.

18.03.07_BIOT_ARRIVEE MELISSA FARINELLI

 

Il faut vivre avec.. ! – Biot Infos Printemps 2018

Comme dit madame Debras dans Nice Matin en parlant de sa mise en examen, Il faut vivre avec.. ! – Biot Infos Printemps 2018

Les sinistrés eux, devront vivre avec l’idée que la crue du 3 octobre 2015 classée cent cinquantenale par les services de l’Etat n’est pas prise en compte par les élus de la majorité. Ainsi, les travaux de sécurisation du vallon des Clausonnes votés en conseil municipal, qui consistent à réaliser un ouvrage souterrain pour l’écoulement des eaux de pluie, ne sont calculés que pour une crue centennale. Le secteur est de ce fait voué à rester en zone rouge et en danger. Idem pour l’extension du parking des Bâchettes. La capacité du futur bassin de rétention sera d’autant plus insuffisante que la surface imperméabilisée des places existantes n’a pas été prise en compte dans le calcul. L’eau n’a pas fini de dévaler dans le vallon des Combes. Comme dit Madame Debras, il faudra aussi vivre avec.

Que dire des gens du voyage installés tout l’hiver dans le quartier St Philippe sur le bas-côté de la route ? Les habitants se sont plaints en mairie, sans effet. Pas de volonté politique, faut vivre avec.

La commune est bien généreuse. Pour la construction de 4 logements sociaux, elle cède à un bailleur social très prospère un terrain municipal situé 4 passage de la Bourgade au prix de 57.500 euros. Il vaut 350.000 euros selon les services de l’Etat. Quel panache avec les deniers des contribuables ! Eh oui, il faut vivre avec.

Enfin Biot s’apprête à densifier l’habitat et la majorité municipale va bétonner à tout va. St Eloi, Durbec, Soulières, St Philippe. Il y en aura pour tout le monde, dans tous les quartiers.

STOP ! On ne peut pas toujours vivre avec …

www.jeanpierredermit.fr

Jean-Pierre Dermit et l’équipe “Restons forts pour Biot”

Cadeau d’un terrain communal à la Sacema – Nice-Matin du 12/12/2017

Cadeau d’un terrain communal à la Sacema – Nice-Matin du 12/12/2017

 

Voilà comment les élus de la majorité gaspillent l’argent des biotois !  Le terrain communal  du 4 passage de la Bourgade a été vendu à la Sacema pour 57 500€ alors que l’estimation du service des domaines  de la Préfecture est de 350 000€ . Pire encore ce bien qui devait revenir à la Ville au bout d’un bail emphytéotique de 60 ans restera propriété du bailleur social. Nous  rappelons les principaux chiffres comptables de la SACEMA : 134 Millions d’Euros de bilan sur l’exercice 2016 avec un résultat net de bénéfices de près de 2 millions d’Euros. Pourquoi ce gaspillage ?

 

 

 

Calibrage au rabais du vallon des Clausonnes à Biot – Nice Matin 09/12/2017

Calibrage au rabais du vallon des Clausonnes à Biot – Nice Matin 09/12/2017

L’entonnement du Vallon des Clausonnes ne prend pas en compte la crue de référence du 3 octobre 2015.  Ainsi les riverains de la route des Clausonnes continueront à vivre dans la peur,  être inondés, et leurs biens seront condamnés à rester en zone rouge. Le dernier événement tragique n’a pas servi de leçon à Madame Debras. Les élus de l’opposition ont voté contre cette proposition pour réclamer un ouvrage à la mesure du risque.

 

17.12.09_BIOT CALIBRAGE AU RABAIS DU VALLON DES CLAUSONNES A BIOT

 

Quoi de neuf à Biot ! – Biot Infos Hiver 2017

Quoi de neuf à Biot ! – Biot Infos Hiver 2017

 

Certains administrés aiment que rien ne change. A Biot, ils sont servis. L’immobilisme n’est pourtant pas un gage de préservation de la qualité de vie. Un élu doit en effet avoir une vision structurante pour préparer les générations futures. Biot souffre du manque de projets concrétisés, alors que l’on continue à ponctionner les habitants. Si Madame Debras avait annoncé qu’il n’y aurait pas de pression fiscale, on se dit que décidément, les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. Ainsi, la part communale de la taxe d’habitation augmente de 20% pour les logements non affectés à l’habitat principal.

Par ailleurs, la municipalité n’hésite pas à faire financer par la CASA le rachat d’une maison en zone inondable, non éligible aux fonds Barnier, pour 800.000 euros dans un secteur inconstructible. Beaucoup de sinistrés aimeraient bénéficier d’un tel régime de faveur !

Il n’y a toujours pas de projet pour l’ancienne poste de la rue Saint Sébastien rachetée par la mairie voilà deux ans.

Rien ne bouge pour la réouverture du four communal.

Rien ne change non plus du côté de l‘école Paul Langevin. L’annonce d’une classe en moins risque fort d’aiguiser les appétits de Madame Debras en quête de revanche face à la dernière mobilisation des parents d’élèves.

L’année se termine durement pour les salariés de l’entreprise Galderma avec la fermeture du site de Biot. Nous sommes à leur côté comme nous sommes du vôtre, pour toujours dire la vérité et défendre vos intérêts.

Nous vous souhaitons ainsi qu’à vos proches une excellente année 2018, pleine d’amour et de sérénité.

www.jeanpierredermit.fr

Jean-Pierre Dermit et l’équipe “Restons forts pour Biot”

Vous avez dit bizarre ? 

Certaines décisions de la Maire de Biot me laissent perplexe, je vous laisse juges !

A l’heure où la dotation de l’Etat est en baisse et alors que l’on demande aux élus une rigueur budgétaire, à Biot la gabegie continue.
Dernier exemple en date : Madame Debras a demandé à la Casa d’user de son droit de préemption pour acquérir un terrain inconstructible. Les deux parcelles, qui appartiennent à un particulier, sont situées entre le vallon des Horts et la route du bord de mer.  Selon l’information donnée en conseil municipal le 28 septembre dernier, ils ont été acquis pour l’improbable somme de 800 000 euros alors que ce terrain a été classé en zone d’aléas forts sur le porter à connaissance des zones inondables. Et rappelons-le, la Casa, c’est aussi l’argent des Biotois.
Autre dépense bien inutile : le réaménagement de l’hôtel de ville : la majorité a voté 1.5 million d’euros TTC pour l’extension des locaux. Voilà qui est sans aucun doute agréable pour le confort des élus, mais d’autres équipements publics me semblaient prioritaires. Quelques exemples : la réhabilitation de la rue Saint Sébastien, de la place des Arcades, du chemin neuf, les 90 places supplémentaires du parking des bachettes dont le démarrage est sans cesse repoussé, la mise en sécurité de la plaine de la Brague où depuis les inondations d’octobre 2015, aucun aménagement n’a été réalisé. Le 1er janvier prochain, la gestion des risques naturels sera transférée à la CASA. Que de temps perdu ! La météo a par chance été clémente ces deux dernières années.
Et que dire de la prétendue pause fiscale et de la baisse de l’endettement annoncées par Madame Debras ? Les emprunts se profilent et les sommes annoncées risquent fort d’être largement dépassées.
Ainsi, les 4.3 millions d’euros TTC dévolus initialement aux travaux du parking ne seront pas suffisants pour boucler le projet.
N’oublions pas, cerise sur le gâteau, que le tribunal administratif est saisi d’un contentieux qui pourrait coûter à la commune la modique somme de 6 millions d’euros. L’addition s’allonge et risque fort d’être très lourde.
A contrario, la municipalité fait un geste ridicule pour les sinistrés qui ont tout perdu. Il leur est accordé une ristourne de moins de 5 % de la taxe d’habitation selon les calculs complexes en rapport avec la valeur locative cadastrale.  Pour les personnes dont les maisons seront classées en zone rouge (le terme officiel : zone d’aléas forts), notre groupe demande un allègement fiscal proportionnel à la dépréciation de leurs biens (40% en moyenne). Nous avons par ailleurs voté contre la majoration de 20% de cette même taxe pour les propriétaires de logements non affectés à l’habitation principale.
Toujours au chapitre des mauvaises nouvelles, retenez que l’Etat devrait sanctionner la ville de Biot d’un arrêté de carence pour non-respect d’obligation de construction de logements sociaux. Le bilan est affligeant avec 0 construction en 4 années d’exercice. C’est inédit dans  notre commune : le préfet  pourra préempter sur n’importe quelle vente. On imagine les conséquences pour les vendeurs…
Quant à la vie quotidienne, les administrés n’auront pas manqué de noter qu’il est impossible de joindre la police municipale à partir de 3 heures du matin. La présence des agents sur le terrain est réduite pendant la nuit, alors que les cambriolages sont en hausse. Enfin douce ambiance en mairie avec la valse des démissions au sein de la majorité du Conseil Municipal. Deux élus ont définitivement jeté l’éponge, cinq ont rendu leurs délégations initiales, deux autres ont voté contre deux délibérations présentées par leurs collègues au dernier conseil municipal.

Comme c’est bizarre !

 

Quand les élus rendent leurs délégations ! – Biot Infos Automne 2017

Quand les élus rendent leurs délégations ! – Biot Infos Automne 2017

L’été est terminé, avec cette formidable mobilisation des commerçants qui nous ont permis de profiter de notre beau village. La rentrée scolaire est également derrière nous avec le retour tant attendu de la semaine de quatre jours. Il est donc l’heure de refaire de la politique, et un peu de calcul : et de 7 ! C’est en effet le nombre d’élus de l’équipe de Madame Debras qui ont jeté l’éponge en démissionnant ou en rendant leurs délégations sous des motifs divers et variés. 

Nous voilà donc partis pour une belle campagne de communication dans le but de redorer le blason de la majorité auprès des salariés et des administrés. Cela ne dupera personne. Cette tentative de diversion ne comblera pas l’absence de vision politique que nous déplorons depuis plus de trois ans. Le bilan de mi-mandat est inerte et bien vide de réalisations concrètes. On y parle d’écoute en trompe l’oeil et peu d’actions. Les Biotois n’oublieront pas les augmentations de l’eau et de l’assainissement, l’inquiétante croissance des charges de fonctionnement sans oublier les emprunts qui seront bientôt présentés en conseil municipal. Chers amis ne vous y trompez pas, il faudra bien mettre la main à la poche, et notamment payer les avocats et les conseillers en communication de Madame Debras pour sa mise en examen dans le cadre des inondations.

Et pendant ce temps les problèmes du quotidien de nos administrés ne s’arrangent pas : les victimes de l’incendie d’un logement ont déploré l’arrivée tardive des pompiers, la faute aux bornes d’entrée de la rue Saint Sébastien qui ont fait perdre un temps précieux.

 

Jean-Pierre Dermit et l’équipe “Restons forts pour Biot”

www.jeanpierredermit.fr

Un piètre bilan de mi-mandat ! – Lettre du Maire juin 2017

Un piètre bilan de mi-mandat ! – Lettre du Maire juin 2017

Après plus de 3 ans de gestion de l’équipe Debras on constate une inertie chronique.
Si la ville fait la une de l’actualité c’est pour parler de la mise en examen de Madame Debras pour «homicide involontaire par violation manifeste et délibérée d’une obligation de prudence et de sécurité». La justice jugera des carences, défaillances et absences observées sur le terrain lors de cet événement qui a causé la mort tragique par noyade de 3 pensionnaires de la maison de retraite St Grégoire. Malgré cela la construction du bassin de rétention des Horts et la sécurisation des rives de la brague sont au point mort. On préfère spolier les propriétés des riverains en élaborant en urgence une nouvelle cartographie des zones rouges.
Beaucoup d’annonces à grand renfort de communication mais aucune promesse n’est tenue sur les projets prioritaires pour la commune.
En revanche on n’hésite pas à augmenter les charges de fonctionnement de la ville, à ponctionner toujours plus les Biotois en majorant la taxe d’assainissement et le prix de l’eau, à soulever parents d’élèves et enseignants en décidant de fermer toute une école sans concertation ni projet, à fermer le four communal, à modifier le PLU pour multiplier les logements sociaux.
La politique culturelle et événementielle (Pignon sur rue, Souffleurs d’avenir) est en inadéquation totale avec le potentiel culturel et patrimonial de Biot, véritable vecteur de notoriété et d’activité économique.
A cela s’ajoutent le mal être du personnel communal et la désaffection des élus : 5 élus ont rendu leur délégation, 2 ont démissionné !

 

 

www.jeanpierredermit.fr

Jean-Pierre Dermit et l’équipe “Restons forts pour Biot”

Révélations de la Presse sur le drame de Biot ! – Biot Infos Eté 2017

Révélations de la Presse sur le drame de Biot ! – Biot Infos Eté 2017

Notre commune a traversé une terrible épreuve dans la nuit du 3 octobre 2015. De nombreux Biotois ont beaucoup perdu dans l’inondation, vécu de graves traumatismes. Trois familles pleurent la perte d’un des leurs dans des circonstances épouvantables. Ces disparitions auraient pu être évitées selon Nice-Matin, qui a longuement enquêté sur le triple drame à la maison de retraite. Absence, apathie, mensonge, confirment ce que nous dénoncions depuis le début : manquements graves des responsables de la ville dans l’anticipation et la gestion de crise.
Biot est de nouveau dans la tourmente. L’equipe municipale est décrédibilisée, montrée du doigt et lorsque on apprend que des documents auraient été délibérément soustraits aux enquêteurs de la gendarmerie on se dit qu’on veut nous cacher une vérité qui dérange.

La justice a commencé son travail avec la mise en examen de Guilaine Debras pour homicide involontaire par violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité et de prudence. Nous aurions préféré que l’on parle de Biot pour son élan économique, sa politique culturelle et son bien vivre ensemble. Hélas, il est bien difficile de faire apporter une appréciation positive. Seuls les commerçants essaient de faire vivre le cœur du village avec une énergie que nous tenons à saluer.
Par ailleurs, la colère augmente face à la situation fiscale inquiétante de la ville : 12 millions d’emprunts à venir, augmentation du prix de l’eau, des charges de fonctionnement.
Reste que c’est bientôt l’été, le temps de faire une pause, profitez pleinement de ces moments précieux.

www.jeanpierredermit.fr

Jean-Pierre Dermit et l’équipe “Restons forts pour Biot”

Inondations : l’onde de choc – Nice Matin 13/05/2017.

Les Biotois demandent la démission du Conseil Municipal – Nice Matin 13/05/2017.

Les Biotois choqués par les révélations du dossier d’enquête de Nice Matin portant sur l’inondation du 3 octobre 2015 demandent la démission du Conseil Municipal.

les biotois demandent la démission du conseil municipal - nice matin du 13 05 2017

 

Révélations – Nice Matin 12/05/2017.

Tragique incompétence ! – Nice Matin 12/05/2017.

Le dossier d’enquête de Nice Matin révèle des défaillances graves dans la gestion des inondations du 3 octobre 2015. La population biotoise est en colère de découvrir l’horrible réalité des faits.

Combien de mensonges et de versions différentes pour constater aujourd’hui une réalité inacceptable ! Comment un élu, comment une équipe municipale, peuvent-ils encore dormir sereinement après tous ces mensonges auxquels nous avons eu droit depuis près de deux ans.

double peine pour les sinistrés des inondations à Biot – Nice Matin 12/05/2017.

Double peine pour les sinistrés des inondations à Biot – Nice Matin 12/05/2017.

 

La DDTM sort son porter à connaissance définitif qui fixe les zones d’aléas du risque inondations. Cette version fait état d’un travail en concertation avec la majorité municipale. Les associations leur reprochent un manque de concertation et d’ambition sur les programmes de travaux pour protéger les populations sensibles aux risques d’inondations. Après le désastre du 3 octobre 2015, voici une seconde peine pour les propriétaires du bassin de la Brague qui voient leurs biens spoliés par les services de l’Etat et la Ville.

 

double peine pour les sinistrés des inondations à Biot

 

Des vérités qui dérangent ! – Biot Infos Printemps 2017

Des vérités qui dérangent ! – Biot Infos Printemps 2017

A Biot, l’équipe municipale se garde bien de communiquer sur certains sujets.

La politique de redynamisation du village est au point mort.

L’association des commerçants se bat pour créer des événements, pour inciter habitants et touristes à réinvestir le centre, mais elle semble bien seule : la municipalité ne fait rien pour soutenir leurs activités.

Les salariés de la ville dénoncent un malaise extrêmement inquiétant dans un courrier qui nous a été adressé (le deuxième de cette nature). Dans cette lettre désespérée, des agents font état de pratiques managériales incohérentes et de véritables risques psychosociaux.

Les sinistrés de l’inondation du 3 octobre 2015 s’interrogent sur l’incohérence des zones rouges préconisées par la municipalité et les services de la préfecture. L’espace des arts et de la culture a par exemple été soustrait de la zone rouge alors que ses abords et accès ont été submergés de plus d’un mètre d’eau. Certains sinistrés ont été mystérieusement épargnés par ce classement, pas d’autres. Nous saluons le travail de trois associations, comme l’ASLIB, qui a mandaté un hydrologue pour évaluer les risques, études à l’appui, afin de faire des propositions objectives.

Enfin à Biot, on ne parle plus de l’école Paul Langevin. Madame Debras, qui avait programmé la fermeture, fait comme s’il ne s’était rien passé. Saluons la mobilisation des parents et des enseignants qui ont fait entendre leur voix suite à la vraie fausse concertation de la mairie.

Trois ans déjà que l’équipe de Madame Debras est en place. Parlons des sujets dissimulés sous le tapis !

Jean-Pierre Dermit et l’équipe “Restons forts pour Biot”

www.jeanpierredermit.fr